Étudiants sportifs de haut niveau

Étudiants en première année de licence de mathématiques à Rennes 1, Victor Pelleray et Thomas Letoublon bénéficient du statut d’athlète de haut niveau universitaire. Ils ont pu aménager leurs études afin de mener de front cours et pratique sportive.

Victor et Thomas
  1. Victor Pelleray, gardien au Stade Rennais
  2. La gymnastique de Thomas, entre cours, compètes et entraînements

Victor Pelleray, gardien au Stade Rennais

Victor Pelleray

Stagiaire professionnel au Stade Rennais, Victor évolue principalement dans l’équipe U19 au poste de gardien.
En semaine, ses journées s’articulent entre les cours, les entraînements, et les séances de musculation «  j’ai une dispense d’assiduité : je vais en cours le matin de 8 à 10h avant l’entrainement ou l’après-midi de 16 à 18h, après la muscu ». Les week-ends il est souvent 2e gardien en CFA le samedi et le dimanche, il a match. Son objectif sportif cette année «  jouer un maximum de match afin d’obtenir un contrat professionnel au sein du Stade Rennais ».
Mais Victor pense aussi à un avenir en dehors des stades : « Si je fais une licence de mathématiques c’est pour faire autre chose que du foot toute la journée. J’ai toujours aimé les maths et j’aimerais un jour pouvoir enseigner la matière ».  
Concilier les cours et le foot n’est pas toujours simple pour lui, « je suis gardien de but, mon poste me demande beaucoup de réflexion, de concentration et psychologiquement c’est compliqué »

La gymnastique de Thomas, entre cours, compètes et entraînements

Thomas Letoublon
(Thomas, à droite sur la photo)

Thomas a intégré en septembre le Pôle France de tumbling à Rennes. Le tumbling se pratique sur une piste de plus de 20 mètres de long où il faut enchaîner des acrobaties devant des juges qui notent sur la qualité et la difficulté du mouvement.
Thomas a commencé la gymnastique à l’âge de 3 ans. À 11 ans il entre au centre régional Rhône-Alpes de gymnastique « Plus tard, à l'âge de 15ans, j'ai commencé le tumbling qui représentait tout ce que j'aimais dans la gym : l'acrobatie ». Après s’être entraîné deux années au club des enfants du Revards à Aix-les-Bains, il est aujourd’hui au Pôle France de tumbling à Rennes.
Son entraînement représente environ 15 heures par semaine, 6 jours sur 7 (en dehors des périodes de compétition). « Je m'entraîne en fonction de mon emploi du temps : soit avant ou après mes cours ». Ses entraînements, en plus du tumbling  « pur », sont rythmés avec des heures de proprioception  (des exercices qui visent à améliorer ses réflexes et sa stabilité), de musculation et de trampoline. « Mes objectifs sportifs pour cette année sont d'intégrer l'équipe de France senior et de me qualifier pour le championnat du monde en novembre 2017 à Sofia. »
Quand il ne peut pas assister aux cours il s’arrange avec l’université pour les récupérer, de même quand il est en compétition afin de travailler sur place. Il a choisi de s’inscrire en licence de mathématiques, la matière où il se sentait le plus à l’aise au sortir du lycée « ça me permet de pouvoir m'entraîner tout en continuant mon parcours scolaire sans être en difficulté. De plus, j'ai l'intention d'exercer une profession en rapport avec les maths plutôt qu'avec le tumbling. »